Identification Adherent



Identification Militant



twitter

cepac banniere_actus

SALAIRES

La proposition de BPCE d’une augmentation salariale de 0,5%, pouvant éventuellement être « réservée » aux salaires inférieurs à 30 KF est inadmissible.
Sauf à entendre la direction de la CEN sur une position normande qui serait beaucoup plus favorable aux salariés, notamment suite aux échanges qui ont eu lieu lors du comité d’entreprise du 30 novembre, le SNE CGC considère que cette proposition, en l’état, n’est pas de nature à figurer dans la NAO normande pour l’année 2013.

HORAIRES DE TRAVAIL

Pour le SNE CGC, ce point est un incontournable de la NAO 2013, car il affecte profondément, notamment sur le réseau, les conditions de travail et l’organisation en général de la vie des salariés. Dans le cadre de sa politique de la qualité de vie au travail, marquée par la création d’une direction spécifique présentée par la direction comme une exception nationale, il est pour nous incontournable de sortir du carcan de l’organisation mise en place depuis 2011.

L’organisation que nous préconisons reprendrait les principaux éléments de l’accord de novembre 2010 que nous avons été les seuls à signer avec :

Réduction de l’horaire du soir à 18h, car rien de prouve l’efficacité commerciale de ces 30 dernières minutes - Reporter cette demi-heure sur une ouverture plus tôt le matin - Réduire la pose du midi à 1h/1h15, pour permettre une ouverture jusqu’à 12h30 - Pour les services support, revenir à la possibilité d’horaires variables

ACCORDS « PACKAGES

La NAO doit faire l’objet d’accords différenciés, sans que la signature d’un accord soit liée forcément à la signature d’un autre accord.

ACCORDS SIGNES LORS DES DERNIERES NAO

Lorsqu’ils viennent à échéance, ces accords à durée limitée étant devenus des accords à part entière, doivent être renégociés en dehors des NAO.

 

Ce tract en pdf pdf3.

porte-voix

Les Elus et Représentants Syndicaux du CHSCT ont pris connaissance d’un jugement rendu le 4 septembre dernier par le Tribunal de Grande Instance de Lyon.

Celui-ci DIT ET JUGE « que l’organisation collective de travail basée sur le benchmark compromet gravement la santé des salariés de la CERA (Caisse d’Epargne Rhône Alpes) et contrevient aux dispositions des articles L 4121-1 et suivants du Code du Travail »

Les attendus de ce jugement nous ont également interpellés :