Agenda du SNE CGC

Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

Prochain Evenement du SNE CGC

Aucun événement

Identification Adherent



Identification Militant



twitter

???

Le Management Compétition détruit les Salariés

Quatre années d'histoire :

  • Les Médecins du Travail ont exercé un droit d’alerte
  • L’Inspection du Travail a enjoint de cesser ces pratiques
Pour lire la suite, cliquez sur le lien

 

Monsieur Le Président du Directoire,

Nous tenons à vous faire part de notre profond désaccord concernant les mesures annoncées par Madame MERCIER-GALLAY DRH du groupe BPCE, lors de la séance conclusive de la Négociation Annuelle Obligatoire sur les salaires.

En effet, outre le fait que ces propositions se révèlent très nettement inférieures à ce que nous espérions à minima, elles remettent en cause le principe de revalorisation collective des rémunérations qui constitue l'objet principal des NAO nationales. Ce point est systématiquement rappelé par les entreprises du groupe qui tendent à délimiter ainsi le champ des négociations locales pour s'exonérer de cet exercice.

Nous vous rappelons à ce titre que vous allez suivre la proposition nationale qui tient en tout et pour tout à une revalorisation de 350€ brut annuel pour les salaires inférieurs à 30K€, une revalorisation de 300€ brut annuel pour les salaires compris entre 30K€ et inférieurs à 60K€ et ZERO pour les salaires supérieurs à 60K€.

Si notre syndicat est attaché à la démarche qui consiste à accorder une revalorisation plus importante aux bas salaires, il est par contre complètement opposé à ce que les résultats de la « négociation collective » excluent une partie de la population.

C'est pourtant ce que vous allez inaugurer dans votre entreprise...

En stigmatisant ainsi une population, vous allez à l'encontre d'une cohésion d'ensemble des salariés qui est pourtant une nécessité dans la conjoncture actuelle.

C'est une énorme erreur stratégique et tactique qui ne trouve aucune justification économique et qui risque d'entraîner des conséquences sociales déplorables (des salariés vont être montrés du doigt comme des privilégiés ou comme des oubliés !!!).

Vous cautionnez une hérésie sociale en opposant des catégories de salariés...bel exemple de solidarité !!!

Il nous semble par ailleurs que toute mesure visant à écarter une catégorie de personnel d'un dispositif collectif d'augmentation de salaire s'apparente de facto à une discrimination notoire.

Connaissant votre aversion pour la multiplication des dossiers contentieux, nous vous enjoignons à reconsidérer votre contradiction.

Nous sommes donc très surpris que cette proposition nationale (décrétée unilatéralement par BPCE) puisse ainsi être appliquée au niveau local sans soulever la moindre interrogation.

Au-delà de l'aumône décidée par votre Direction nationale, je vous rappelle que le SNE CGC avait mis en avant des propositions concrètes concernant les rémunérations des jeunes embauchés et des Directeurs d'Agence qui ont été purement et simplement écartées.

Nous avions également insisté sur la problématique de la part variable (manque de crédibilité et de clarté...) qui nécessitait l'ouverture d'une discussion de fond au niveau national pour mettre en place certains principes communs à l'ensemble des entreprises de la branche...là aussi...fin de non recevoir !!!

Pour notre organisation syndicale qui reste très attachée à l'émergence d'une relation sociale « intelligente », le coup est rude à moins que vous ne préfériez vous enfermer dans une politique sociale de « guerre froide ».

En conclusion, nous vous demandons solennellement de bien vouloir prendre acte de nos protestations et nous ne manquerons pas d'insister lourdement (lors des négociations locales NAO) pour mettre en exergue les errements des décisions nationales dans cette négociation collective.

Le terme « collectif » a un sens bien précis que vous semblez ignorer et que nous n'acceptons pas de voir détourner.

Bien évidemment, nous nous tenons à votre disposition pour nous entretenir avec vous des problèmes que nous soulevons dans notre courrier.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de notre considération distinguée.