Identification Adherent



Identification Militant



twitter

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Négociation Annuelle Obligatoire


L’ASYMÉTRIE DES ATTENTIONS

 

La NAO de la Branche Caisse d’Épargne s’est à nouveau soldée par un échec cuisant et quoiqu’on en dise, pour l’ensemble des salariés des Caisses d’Épargne.

 

Nos demandes étaient pourtant raisonnables :

 

                        – Augmentation générale de 1,1 % avec plancher de 150 € et sans plafond

                        – Passage de tous les DA ou assimilés au statut-cadre

                        – Cristallisation des éléments de salaire au niveau de la branche.  

 

Raisonnables, oui, mais pas pour CAP RH, instance composée des Présidents de Directoires.

CAP RH dicte sa feuille de route à la DRH de BPCE, mais s’abstient, bien évidemment, de participer directement à la négociation.

En matière salariale, CAP RH s’aligne sur les critères financiers de la Caisse la plus faible.

Le résultat est une mesure pour le moins minimaliste :

 

Une prime de 350 € bruts pour les salariés percevant moins de 40.000 € bruts, excluant ainsi près de 13 600 collaborateurs de la branche Caisse d’Épargne.

 

La non-reconnaissance des efforts consentis est d’autant plus incompréhensible que le nouveau plan stratégique repose sur l’engagement sans faille du personnel et notamment de l’encadrement.

 

Nos entreprises sont notre bien commun, nous souhaitons leur réussite tout autant que nos Dirigeants. Dans un contexte de profonde mutation des métiers de la Banque, l’émergence du Digital et de l’intelligence artificielle, l’idée de symétrie des attentions développée par François PEROL est encore plus prégnante.

 

Nos Dirigeants doivent avoir l’intelligence de travailler pour concilier le social et l’économique en valorisant le capital humain.

La bonne gestion de nos entreprises et la nécessaire maitrise des charges ne sont pas incompatibles avec une juste reconnaissance du personnel.