image facebook_logo_fr_7332

Identification Adherent



Identification Militant



twitter

incivilitesINCIVILITES ET VIOLENCES A L’OCCASION DES RELATIONS COMMERCIALES … IL FAUT APPLIQUER L’ACCORD NATIONAL DU 23/04/2013 ET LE COMPLETER …

A l’occasion de nos visites en agences et dans les services du siège, les représentants SNE CGC sont régulièrement alertés par les salariés, à des degrés différents, sur l’augmentation des incivilités auxquelles ils doivent faire face.

Ce phénomène n’est pas nouveau, et la CEPAC qui a centré prioritairement son action sur la prévention des attaques à main armée, n’a pas actualisé sa politique de sécurité concernant la recrudescence des incivilités et agressions dont sont victimes les salariés.

Les incivilités verbales et les agressions physiques ne sont pas sans conséquences sur les conditions de travail, la santé des salariés et notamment sur l’absentéisme. Nous rappelons à cette occasion que l’employeur est soumis à des obligations légales en la matière.

Les salariés se sentent bien seuls à la suite de tels événements, même si un dispositif existe (voir accord national sur les incivilités du 23/04/2013 : Mon Espace CE/Textes de référence/Accord collectifs nationaux).

La CEPAC doit appliquer l’accord national et renforcer le dispositif avec de nouvelles mesures.

Le SNE CGC, a saisi le CHSCT pour traiter ce problème au cours de la séance du 15/09/2015.

Le SNE CGC propose plusieurs pistes de travail

Sur le plan préventif la CEPAC doit :

1) Fournir des moyens adaptés aux salariés pour répondre aux besoins des clients et aux services qui leur sont facturés.

  • Améliorer les chaînes de production (crédits, successions, assurances, …),
  • Former les salariés tout au long de leur carrière pour les préparer à la gestion des incivilités (compétences, attitude, moyens d’action),
  • Répartir les effectifs (H/F) selon un maillage cohérent, en tenant compte de la « sensibilité » des zones géographiques,
  • Remplacer les absences dans des délais raisonnables avec du personnel qualifié,
  • Proposer des services et produits « fiables » (FCP, Assurances,…),
  • Renforcer les back-offices et middle-offices, au service du réseau.

Les dysfonctionnements sont facteurs d’incivilités et se transforment rapidement en agression.

2) Avoir une communication ferme à destination de la clientèle sur le non respect des salariés :

  • Afficher sur les lieux de travail, que tout irrespect, incivilité, ou agression donnera lieu à des mesures proportionnées (Prise en charge par un service centralisé, dépôt de plainte, ou toute autre mesure adaptée).

3) Avoir une politique commerciale réfléchie :

  • La politique « des bûchettes » conduit inévitablement à forcer les ventes, et crée de l’insatisfaction auprès de la clientèle avec les conséquences que l’on connaît.

Sur le plan curatif, la CEPAC doit :

  • S’impliquer plus dans le dispositif d’accompagnement post incivilités/agression en appliquant tous les termes de l’accord du 23/04/2013 plus particulièrement :

- Accompagnement médical, social, suivi psychologique,

- Accompagnement dans les démarches pénales en cas de dépôt de plainte du salarié (qui ne souhaite pas toujours s’impliquer par peur de représailles),

- Conseils du service juridique de la CEPAC, prise en charge des frais de procédure et d’avocat,

- Prise en compte rapide (sous 15 jours) des salariés qui demandent une mobilité.

- Renforcer le personnel RH pour traiter efficacement ces cas.

  • Déposer plainte, si elle subit suite à un acte d’incivilité ou d’agression à l’encontre de ses salariés, un préjudice direct ou indirect. (Ce qui est très souvent le cas : perte d’exploitation en cas de fermeture, casse matérielle, image de la banque,…).

Enfin, mettre en place un véritable dispositif d’évaluation et d’information pour les instances représentatives du personnel, qui est inexistant à ce jour.

La Direction doit montrer son engagement pour prendre sérieusement en compte cette problématique et sa volonté de protéger la santé de ses salariés.

La DRH a un rôle moteur à jouer, il faut lui en donner les moyens matériels et humains.

Serge LITVINOFF
Elu au CE et au CHSCT
Représentant Syndical National SNE CGC

Lire ce tract en pdf pdf3